Samedi 4 mai 2013, par Cyriac

侘 wabi : la beauté trouvée dans la simplicité et la sobriété (...)

Par l’architecte japonais Tadao Ando.

tadao ando architecte japonais

Wabi découle de la racine wa , qui se réfère à l’harmonie, la paix, la tranquillité et l’équilibre. A l’origine wabi avait le sens de triste, désolé et solitaire. Mais poétiquement il est venu à signifier simple, immatérialiste, humble par choix, en prise directe avec la nature. Une personne qui est parfaitement elle-même et n’a jamais envie d’être autre chose, serait décrite comme wabi. Au XVIe siècle, le Maître de thé Jo-o qualifie de wabi l’homme de thé qui ne se sent pas insatisfait, même s’il ne possède pas les ustensiles nécessaires pour mener la cérémonie du thé. Une expression couramment utilisée en conjonction avec le terme wabi est « La joie du petit moine dans sa robe déchirée par le vent. » Une personne wabi incarne le zen, c’est-à- dire, qu’elle se contente de très peu, sans avarice, paresse, ni colère, elle comprend la sagesse « des rochers et des sauterelles » .

Tadao Ando, architecte japonais


Wabi stems from the root wa, which refers to harmony, peace, tranquillity, and balance. Generally speaking, wabi had the original meaning of sad, desolate, and lonely, but poetically it has come to mean simple, unmaterialistic, humble by choice, and in tune with nature. Someone who is perfectly herself and never craves to be anything else would be described as wabi. Sixteenth-century tea master Jo-o described a wabi tea man as someone who feels no dissatisfaction even though he owns no Chinese utensils with which to conduct tea. A common phrase used in conjunction with wabi is “the joy of the little monk in his wind-torn robe”. A wabi person epitomizes Zen, which is to say, he or she is content with very little ; free from greed, indolence, and anger ; and understands the wisdom “of rocks and grasshoppers”.

Tadao Ando, Japanese architect